Gels énergétiques

Les gels énergétiques pour le cyclisme

Lors d’un effort long, notamment pendant les épreuves ou les entrainements de cyclisme, il faut des gels qui apportent de l’énergie pendant longtemps. Nous avons donc établie pour vous les éléments importants à prendre en compte lors de vos achats.

En préambule, prenez déjà pour fait qu’un gel ne vaut pas une boisson énergétique. Il vient en complément mais ne peut se substituer totalement aux effets de la boissons, surtout en cyclisme ou en vélo. En moyenne, 2 gels équivalent à un bidon. Un gel contient généralement 3 fois plus de sucres qu’un gorgée de boisson, mais attention, pour 15 fois moins d’eau. C’est là la différence. Un gel est un aliment énergétique hypertonique.

L’assimilation des sucres des différents gels énergétiques et très rapide et massive, contrairement aux barres énergétiques qui est plus longue et progressive. Le temps de digestion et d’assimilation faisant son effet. De plus, une barre apporte en plus des lipides ou encore un peu de protéines.

Utilité du gel pour le cyclisme ?

La conception même des gels énergétiques est de répondre à des pics de besoins. On pense notamment pour le cyclisme à des accélérations brutales comme pour une échappée, aux différences de reliefs qui peuvent impacter les besoins, des contre-la-montre, des sprints etc… Les gels sont conçus pour ces types d’effort.

On comprends ici aisément pourquoi l’absorption et l’assimilation doit être rapide pour exploiter au maximum et dans un minimum de temps les bienfaits d’un gel. Il faut savoir que la membrane intestinale est limitée dans ses capacités à 0,8g/kilo de poids corporel, ce qui nous fait du 60g par heure. 60g correspond généralement à 3 gels de taille standard. Il faut donc exploiter 100% de la prise pour être efficace sur un vélo !

Dans les gels énergétiques pour le cyclisme, on trouve de manière enrichie des vitamines du groupe B, différents minéraux et anti-oxydants. Le but est évidemment de combler les différents déficits que le corps peut avoir lors d’efforts longs et parfois violent.

Voir tous les gels énergétiques

Oui, mais quels gels, et quand ?

On sait qu’il existe sur le marché 3 types de gels : avant, pendant, boost.

Les gels avant efforts sont dits « antioxydants ». Ils sont généralement consommés juste avant le départ. Ce type de gel a la particularité d’être très enrichie en substance anti-oxydante, en vitamines, en minéraux et en oligoéléments. Ils viendront vous apporter le nécessaire pour être à 100% lors du départ, où souvent du stress, de l’attente peuvent venir puiser dans le corps.

Les gels de l’efforts sont comme leur nom l’indique, des gels à consommes pendant l’effort. Généralement composés de sucres simples (sirop de glucose ou de maïs), ceux-ci peuvent être remplacés par des polymères. On parle notamment de maltodextrine, qui est moins agressive pour la muqueuse de l’estomac. On parle aussi du fructose, qui lui a la particularité de circuler librement dans l’organisme. Barres-energetiques préconise d’utiliser 1 gel par heure avec de la boisson énergétique. Attention cependant, évitez de consommer des barres et des gels. Ne choisissez qu’un type d’aliment.

Enfin, les gels à effet de boost sont des gels sont des gels enrichis et qui servent pour les gros coups de pompe ou quand vous savez qu’un effort bref mais intense sera à fournir, pour le sprint final par exemple. Ils ne contiennent uniquement que des sucres rapides et quelques gels contiennent également de la caféine par exemple. Ils sont à consommer une quinzaine de minutes avant la difficulté. A ne pas consommer trop tôt sinon vous ne serez pas mieux au moment où il faut « exploser » ! Il peut y avoir des risque d’hypoglycémie réactionnelle avec ce type de gels.

Les plus des gels énergétiques pour le cyclisme

  • Gros apport énergétique en une seule prise
  • Facilité d’usage et de transport

Les moins

  • Tolérance digestive
  • Pollution

La tolérance digestive est importante. Il est important de bien tester vos gels avant la course, lors de vos entrainements. En effet, les substances particulières de ces gels peuvent provoquer des troubles gastriques assez importants. Il est vraiment primordial de vous assurer que vous tolérez tous les composants.

Notre conseil pour le cyclisme ?

Nous conseillons vivement de consommer de l’eau en même temps que vos gels pour éviter une déshydratation. Ceci aura aussi pour effet de faciliter l’assimilation. L’autre effet sera également de diminuer les risques de troubles digestifs. Donc prenez 3 bonnes gorgées avec chaque gel !